Bien-être et développement personnelBlog Mots et Merveilles - La fabrique

Découvrir la Communication NonViolente

Un matin, alors que j’étais en pleine conception de mon blog, la magie d’Internet m’a menée vers une très belle rencontre. Cette personne, c’est Claire Noudoukou. Cette infirmière libérale et thérapeute a mis au centre de son activité le lien entre le corps et les émotions. Ce travail sur la mémoire émotionnelle l’a poussée à rechercher la source d’anciennes blessures et à utiliser quotidiennement la Communication Non Violente (CNV). Ce processus permet d’accompagner le cheminement vers soi et d’établir, plus qu’une simple communication, une véritable connexion avec l’Autre. Découverte d’un concept simple et complexe qui a le pouvoir de changer votre vision du monde.

 

La CNV, c’est quoi ? À qui s’adresse-t-elle ?

Claire Noudoukou : La Communication Non Violente (CNV) est un processus fondé par Marshall B. Rosenberg (1934-2015), en référence au terme sanskrit  »Ahimsa » s’appliquant à l’état de compassion naturel à l’homme en absence de violence y compris dans nos pensées. C’est un processus certifié, homologué, qui touche au thérapeutique et à l’humain, et qui vise à améliorer la qualité des échanges. La CNV apporte de la clarté à ce que vous visons, voulons et disons. Il ne s’agit pas de communication a sens habituel du terme, qui consisterait à utiliser un procédé dans le but d’obtenir ce que nous souhaitons chez l’Autre. La CNV permet d’être plus à l’écoute de ses ressentis, d’accueillir ses émotions et d’apprendre à reconnaître ses besoins profonds ; mais aussi de comprendre le vrai sens des comportements ou des mots qui nous dérangent, dans le respect, l’authenticité. Il s’agit d’un langage qui traduit nos convictions profondes d’individus. À l’opposé, le langage qui juge est le résultat d’un conditionnement qui nous enferme dans un schéma de domination-soumission.

Mots & Merveilles – La Fabrique : À quoi sert la CNV ?

Claire Noudoukou : Marshall B. Rosenberg disait : « Le but de la CNV n’est pas d’obtenir ce que nous voulons, mais d’obtenir un lien humain qui permettra à chacun de voir ses besoins satisfaits […], c’est aussi simple et complexe que cela. […] La CNV est l’invitation permanente à concentrer notre attention là où nous avons le plus de chances de trouver ce que nous recherchons ». La CNV permet de retrouver une parole au service du lien, de mettre de la clarté dans notre intention et de revenir vers l’Autre en accord avec ce que l’on est.

 

Mots & Merveilles – La Fabrique : À qui s’adresse la CNV ?

Claire Noudoukou : L’être humain est un animal social : nous vivons en interdépendance à l’Autre et au Monde. La CNV est un processus qui permet de questionner le pourquoi de nos émotions, de nos tensions et de nos incompréhensions. Pas à pas elle permet de revenir vers soi, d’identifier ses besoins en souffrances et de nommer les valeurs qui nous définissent. Grâce à elle, nous devenons plus conscients de ce qui nous nourrit ou de ce qui nous heurte : nous pouvons alors choisir comment nourrir et respecter chacune de ces parties de nous, ce qui transforme petit à petit la relation à l’autre.
Elle s’adresse donc à tous, adultes, enfants dans la vie sociale, professionnelle et aussi sur notre cheminement spirituel

 

Comment fonctionne le processus de la CNV ?

Mots & Merveilles – La Fabrique : Peux-tu nous présenter rapidement les outils utilisés par la CNV ?

Claire Noudoukou : Le processus de la CNV se découpe en deux grandes parties :

  • L’Intention, soulignée par Isabelle Padovani, qui garantit une certaine qualité de connexion envers soi envers l’Autre ;
  • L’Attention, ancrée dans l’instant et la situation présente, divisée en 4 parties nommées Observation (les faits), Sentiment (le ressenti), Besoin (nécessité vitale), Demande (connexion et action). Elles permettent de transformer les jugements et les reproches en une vraie connexion entre deux personnes. Cette connexion se base sur ce qu’on appelle l’Expression authentique (expression claire et neutre de ce qui se passe en moi) et le Reflet empathique (réception ouverte d’esprit de ce qui se passe en l’Autre).

Personnellement, j’associe la CNV à ma pratique de la Méthode Énergétique Globale du Corps (MEGC) : face à un événement, dans l’instant premier on ne maîtrise pas ses réactions spontanées découlant de la sensation de danger qui, en quelque sorte débranche le raisonnement. Mais il est inévitable qu’une situation stimulante nous fasse réagir, que ce soit dans l’excès ou dans le renfermement sur soi-même. Cette réaction est le marqueur d’une faille émotionnelle, d’une sensibilité cachée : même si on ne peut pas modifier cette réaction première, on peut apprendre à retrouver du discernement sur elle, parfois grâce à un accompagnement.
Je suggère de différer les échanges à un moment plus propice. La CNV est un processus qui nous responsabilise face à nos émotions et à nos actes : être capable de reconnaître et de nommer ce qui nous touche pour pouvoir communiquer réellement se fait quand le calme est revenu.

 

 

La CNV a un fonctionnement à la fois très simple et très codifié. Pour autant, elle n’est pas une méthode toute faite à appliquer telle quelle à toutes les situations – les étapes ne sont pas forcément à suivre à la lettre surtout lorsqu’on n’a pas saisi l’intention. Il s’agit d’une création perpétuelle, ancrée dans l’instant présent.

Mots & Merveilles – La Fabrique : Peux-tu nous donner quelques exemples concrets ?

Claire Noudoukou :

  • “Mon fils rapporte des notes catastrophiques de l’école » peut vouloir dire beaucoup de choses !
    Comment est ce que je me sens quand je découvre ses notes ?
    Agacée, découragée, inquiète ? Quel besoin fondamental, quelle valeur est mise en défaut devant cette situation que l’on appelle “stimulante” ?
    J’ai besoin de repos, de confiance, de savoir mon enfant engagé dans un parcours scolaire qui l’emènera à trouver un métier qui le tiendra loin du besoin…
    Finalement, en parlant de la façon initiale, est ce que je suis sur la bonne voie pour me sentir entendue et rassurée?
  • « Mon épouse me parle de ses soucis et refuse toutes les solutions que je lui ai trouvé »
    De la même façon, dans cet exemple, je peux vouloir dire que je me sens rejeté, inutile, incompris, et j’ai besoin de me sentir protecteur, ou de faire bon usage de mon temps et dans cette situation ça n’est pas le cas….

Conclusion : derrière ces affirmations portant le regard sur l’autre comme si il ou elle était la cause de mon malaise, personne ne peux deviner ce qui me traverse, personne ne peux m’offrir la compréhension dont j’ai besoin si je ne nomme pas clairement ce qui me chagrine.

 

La CNV est-elle un mode de vie ?

Mots & Merveilles – La Fabrique : Ces exemples nous montrent bien que c’est toute la vision que l’on porte sur les événements qui se modifie avec la CNV. Du coup, qu’est-ce qu’utiliser la CNV au quotidien change concrètement, au-delà de la façon d’aborder les choses que l’on vit ?

Claire Noudoukou : Il me semble que cela devient une hygiène de vie, une routine quotidienne comme d’autres feraient du yoga, de la méditation ou de la marche à pied. Au début on peux se sentir tout petit face à l’immensité de ce qui nous attend. Mais bientôt cela ressemble davantage à une chasse au trésor : chaque situation stimulante nous permet de découvrir et de nommer une part de nous encore dans l’ombre. Cela ne change pas tout de suite notre relation et notre communication avec l’Autre… mais avant tout le regard que nous portons sur nous-mêmes.
La CNV permet une introspection, une « descente en rappel » qui nous permet de nous réapproprier notre individualité et notre identité. Petit à petit, cette façon d’aborder les choses s’imprègne et se diffuse par tous nos mouvements, internes et externes. Personnellement, la CNV m’a permis de vivre plus en conscience, de mieux en mieux, car pratiquer la CNV c’est modifier notre grille de lecture et de compréhension du monde qui nous entoure sous tous ses aspects.

Mots & Merveilles – La Fabrique : L’effort demandé semble important.

Claire Noudoukou : Revenir vers soi est un travail quotidien, en effet, mais cela peut être tellement libérateur ! Le monde extérieur et le monde intérieur sont violents, et chacun a sa propre tolérance face à cela, un sens propre qu’il donne aux choses. La CNV permet de se diriger petit à petit vers une forme de paix intérieure en retrouvant une forme d’écoute et de bienveillance envers soi, ainsi qu’en se réappropriant les mots.
Pratiquer la CNV demande d’oser, de persévérer, d’apprendre à aimer tout ce qui se révèle en nous et qui ne demande qu’à être accueilli. Etre en auto- empathie nécessite d’apprendre à se détacher de tout jugement, exigence et critique. Dans une société où l’éducation se construit sur la comparaison et l’Évaluation , où l’on souffre d’un jugement continu par les autres et par soi-même, c’est un vrai changement de paradigme…

 

Mots & Merveilles – La Fabrique : Par quoi commencer ?

Claire Noudoukou : C’est un sujet très riche ; pour commencer en douceur je recommande de lire le Mémento d’Isabelle Padovani et de suivre ses vidéos et ses formations en webinaires.

 

Pour conclure…

Mots & Merveilles – La Fabrique : Si la CNV était pratiquée à grande échelle, qu’est-ce que cela changerait ?

Claire Noudoukou : Cela nous permettrait de faire le choix du monde dans lequel nous souhaitons vivre et cela permettrait un réel changement de paradigme notamment au niveau de l’écologie relationnelle, de l’éducation et de la transmission.

Et pour finir par une citation : « Pour la plupart d’entre nous, œuvrer à un changement pacifique commence par un travail sur nos propres schémas de pensée, sur le regard que nous portons sur nous-mêmes et les autres, et sur les moyens que nous utilisons pour satisfaire nos besoins. Ce travail fondateur représente à bien des égards le plus grand défi de celui qui aspire à parler un langage de paix. En effet, il demande de notre part une grande honnêteté et une grande ouverture, l’apprentissage d’un certain vocabulaire et le dépassement de comportements acquis, profondément ancrés en nous, faisant la part belle au jugement, à la peur, à l’obligation, au devoir, à la punition, à la récompense et à la honte. Ce travail n’est certes pas toujours simple, mais les résultats en valent la peine. » Marshall B. Rosenberg, Parler de paix dans un monde de conflits (Speak Peace In A World Of Conflict).

 


Le partenaire de Mots & Merveilles – La Fabrique : Claire Noudoukou

Claire Noudoukou, soignante, thérapeute et Passeuse de Savoir.
Infirmière depuis 15 ans, je suis passionnée par les différentes voies de développement personnel.

Mon credo ? Rétablir la communication avec Soi pour mieux vivre au Monde.
J’aime poser un regard attendri sur chacun et découvrir le cheminement sur lequel la Vie nous amène à parcourir pour revenir vers Soi.
Mon élan est d’apporter ma contribution pour proposer à tous les clefs d’une communication douce adaptées à chacun.

Pour suivre Claire :


Ressources

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *