Blog Mots et Merveilles - La fabriqueHabitat et mode de vie

Vers l’écologie intérieure 1/2

Il y a quelques mois, j’ai croisé lors des sorties de crèche une jeune maman qui avait quelque chose de différent. Une sérénité exceptionnelle, ce que certaines personnes dégagent quand elles ont une vie intérieure riche, que leurs besoins profonds sont alignés avec leur mode de vie.


Cette jeune femme, c’est Gaëlle Fleury. Elle pratique l’écologie intérieure, et j’ai eu le bonheur de l’interviewer pour vous.

Rencontrer Gaëlle

Vous le savez peut-être : l’année dernière, en quête de sens, j’ai quitté l’Île-de-France pour la Haute-Savoie, puis la Haute-Savoie pour mes montagnes Ariégeoises d’origine. Dix ans que ce projet flottait quelque part en moi sans pouvoir le réaliser, et puis tout à coup, on y était.
Ici, j’ai trouvé une nouvelle vie, et le changement s’impose chaque jour comme une évidence, dans tellement d’aspects de mon quotidien et je savoure réellement ma chance ; pourtant ce n’est pas toujours facile pour la perfectionniste que je suis de lâcher prise et de laisser faire cette puissante vague. Il me reste encore tellement à accomplir pour réaliser la vision qui me porte depuis des années !
Ça peut sembler simple, surtout vu de l’extérieur, mais en réalité ce n’est pas si évident de savoir par où commencer pour changer quand il s’agit de nous-mêmes. L’envie, l’impulsion, le désir de changer viennent de si loin et sont si profonds, ils se heurtent si fort à notre quotidien, à ses caractéristiques bien rodées et à ses contraintes bien ancrées, que l’idée du changement en devient un peu angoissante – et je suis certaine de ne pas être la seule dans ce cas !

Rencontrer Gaëlle, c’est être comme un enfant face à un alpiniste chevronné. Tout à coup, on a envie de gravir l’Everest pour vivre nous aussi cette révélation à nous-mêmes – et on se sent capable de balayer ses doutes pour se lancer ici et maintenant.
Alors, avant de vous parler de sa discipline, j’ai eu envie que Gaëlle vous parle d’elle, de son parcours et de ce qui a été, pour elle, LA prise de conscience, ce qui a initié ce changement profond d’abord en elle, puis sur sa vie toute entière.

Pour que vous aussi, lorsque le moment sera venu, vous puissiez accueillir votre changement et incarner, dans votre vie quotidienne, le changement que vous voulez voir dans le monde, quelle que soit la voie que vous choisirez – ou qui vous choisira.

Lorsque le quotidien a perdu tout son sens…

Mots & Merveilles – La Fabrique : Actuellement, beaucoup de personnes ressentent un profond désir de changement, sans forcément pouvoir ou savoir l’écouter, le comprendre ou encore comment s’y prendre. Peut-être que ton parcours en inspirera certains, donnera matière à réflexion à d’autres, ou encore leur insufflera l’envie de se lancer pour de bon. Alors raconte-nous, comment l’écologie intérieure est-elle arrivée dans ta vie ?

Gaëlle Fleury : C’est en 2013 que j’ai eu le déclic. Ma fille venait de naître et je ne comprenais plus le sens de ma vie – ou du moins je venais de comprendre que ma vie n’avait pas de sens, que je suivais un mode de fonctionnement sans réelle conviction, sans vision pour le futur. C’était terrible pour moi de laisser ma fille à une nounou et d’aller travailler. Mon compagnon et moi ne nous voyions jamais à cause de nos horaires de travail croisés. Pourtant, à cette époque, nous gagnions très bien notre vie. Je continuais donc à aller au travail, tout en sentant bien la vie s’éteindre à l’intérieur de moi. C’est alors que mon compagnon m’a montré une vidéo : « Le travail : pourquoi ? ». Et là j’ai été complètement révoltée : non seulement je n’étais pas heureuse, mais en plus je contribuais à un mode de vie absolument pas éthique à mes yeux.

Nous avons décidé de tout changer, et nous l’avons fait : nous avons tout quitté pour partir à la recherche de mode de vie alternatif. Nous sommes devenus de fervents militants pour l’écologie. Plus nous avancions, plus notre regard et notre démarche s’affinaient. Et moi, je retrouvais goût à la vie. Vivre en collectivité a mis en évidence une chose importante pour moi : notre valeur écologique, qui nous a poussés à instaurer des changements radicaux dans notre mode de vie.

Mots & Merveilles – La Fabrique : Que veux-tu dire par « valeur écologique » ?

Gaëlle Fleury : Pour moi c’est le fait de vivre dans un système, d’avoir conscience de comment il fonctionne et d’y participer avec respect, sens et bienveillance. Les valeurs sont des lignes de conduites, qui nous sont transmis par nos parents via l’éducation et aussi par notre expérience de vie, au cours desquelles nous créons nos propres valeurs. Lorsque nos actions sont en accord avec nos valeurs, nous sommes heureux, satisfaits, motivés et enthousiastes.
Par exemple, l’écologie est une valeur importante pour moi, donc j’ai petit à petit accordé mes actions avec cette valeur, ce qui m’a poussée à changer mes habitudes. Ce n’est pas facile à mettre en place, mais cela a été (et cela continue d’être) pour mon plus grand bien-être.

Mots & Merveilles – La Fabrique : À t’écouter, cela semble si simple…

Gaëlle Fleury : Cela n’a pas non plus été un long fleuve tranquille ! À un moment, je crois que nous avons fait un gros faux pas. Je regardais beaucoup de vidéos sur notre mode de vie et son impact sur le monde… Du coup, je suis passée par une énorme phase de déprime : je me sentais complètement impuissante face à l’envergure des choses à faire pour ne serait-ce qu’essayer de rétablir un équilibre. J’avais l’envie d’informer tout le monde ; je partageais pleins de vidéos alarmiste sur les réseaux sociaux, dans l’espoir que tout le monde me suive dans ce changement. Mais le seul résultat, en agissant ainsi, a été d’agacer les gens. Je me suis sentie encore plus démunie, je me disais que c’était un combat perdu d’avance. Je me sentais seule, triste et impuissante.

Finalement, quand je suis passée à l’action, j’avais modifié mon point de vue. Les vidéos et articles dont je me nourrissais étaient cette fois orientés solutions : qu’est-ce que moi, je peux faire concrètement ? Les conférenciers Pierre Rabhi et Marc de la Ménardière m’ont beaucoup aidée à faire les premiers pas. Je me suis inscrite sur un site de wwofing et j’ai envoyé des demandes pour aller vivre deux semaines dans une ferme… et finalement j’ai fait cela pendant quatre ans, en tout j’ai visité une dizaine de fermes et d’éco-villages, et je suis partie avec mon compagnon ma fille âgée de tout juste neuf mois.

…. Retrouvez la suite du récit de ce changement de vie très bientôt ! On vous a concocté un article aux petits oignons avec au programme : un colibri et la recherche du bonheur.

Retrouvez également les autres articles de la série :


Le partenaire de Mots & Merveilles – la Fabrique : Gaëlle Fleury

Gaëlle a grandi en Guadeloupe jusqu’à ses 17 ans et en garde le souvenir merveilleux d’une vie locale et simple. Elle part vivre à Lyon où elle obtient son BAC et travaille dans un restaurant malgré le soutien hésitant de ses proches focalisés sur sa timidité et son manque de confiance en elle. Sa volonté d’indépendance et son désir de se surpasser lui permettent de dépasser sa maladresse et de progresser jusqu’à devenir assistante d’exploitation, gérant un restaurant et une équipe de 8 personnes. Puis une déception amoureuse lui fait quitter la région lyonnaise pour le Pays de Gex, dans l’Ain, où elle rencontre son compagnon, travaille dans le milieu de la nuit, quitte tout pour voyager. Six mois plus tard, elle attend sa première petite fille : une grossesse qui déclenche le changement de mode de vie de la famille.

Aujourd’hui, Gaëlle est coach professionnel : elle accompagne ses clients pour les aider à ses fixer des objectifs ambitieux et atteignables, pour définir qui ils sont maintenant, où ils veulent aller et comment y aller… ce qui est à chaque fois un long et merveilleux voyage. Gaëlle est spécialisée dans la communication non violente de Marshall Rosenberg. « Ce processus puissant est devenu un art de vivre pour moi, et dans mon travail cela m’apporte une grande clarté sur l’accompagnement de mes clients. J’aime le transmettre car c’est un excellent moyen pour avoir une bonne maitrise de ses émotions. »
Gaëlle est très active sur les réseaux sociaux, où elle partage sa philosophie de vie – avec beaucoup de succès, et où elle soutient les personnes intéressées par cette démarche. Elle travaille actuellement sur un programme en ligne afin d’accompagner des personnes curieuses et désireuses de commencer à vivre leur écologie intérieure. Son ambition ne s’arrête pas là puisqu’elle a également l’intention d’écrire un livre.

« La spécificité de ma démarche est que je suis mon intuition, je suis guidée par mon cœur. Je n’ai pas fait d’étude sur l’entrepreneuriat. Et j’ai cette confiance profonde : ce que je fais est exactement ce que je dois faire. C’est le bon moment, le bon endroit, je rencontre les bonnes personnes. C’est le thème qui me convient. C’est encore une aventure merveilleuse. »

N’hésitez pas à suivre Gaëlle :


Ressources

Vidéos

Livres

  • Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs), Marshall B. Rosenberg
  • Le Prophète, Khalil Gibran
  • L’homme qui voulait être heureux, Laurent Gounelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *